Mais où se cache Halloween?

Tout d’abord, je tiens à spécifier que le titre de ce billet est, en quelque sorte, un hommage à cette bonne vieille série télévisée intitulée « Mais où se cache Carmen Sandiego? » Vous pouvez ainsi le fredonner joyeusement au rythme de la chanson thème de cette émission marquante de jadis.

Au cours des prochaines lignes, je ferai ici référence à Halloween comme étant une entité à part entière, un individu particulier, un royaume ancestral, une mégapole de bonheur et j’éviterai ainsi d’écrire « l’Halloween » pour ceux d’entre vous qui éprouveraient le désir de me critiquer à cet effet.

Ceci étant dit, je peux maintenant en venir au sujet qui me préoccupe, soit la disparition d’Halloween. Il y a

Citrouille pour Halloween

Citrouille vomissant sont mépris sur ceux et celles qui rejettent Halloween.

de celà quelques années, lorsque j’étais jeune et fringuant, Halloween était une réalité pour l’ensemble de la populace et faisait fureur auprès des hordes affamées de jeunes dont je faisais partie. Nous commencions dès le début d’Octobre à préparer costumes et décorations pour le moment tant attendu, la joie et l’impatience s’emparant de nous à l’idée que cette journée fatidique approchait à grands pas. Même les travaux scolaires en profitaient pour se vêtir de leurs plus beaux atours, nous permettant de faire l’éloge des monstres, sorcières et travestis qui allaient bientôt envahir nos rues en quête de suffisamment de friandises pour se sustenter jusqu’à l’année suivante. Je me rappelle ces journées spéciales, alors que les policiers venaient nous inciter à respecter les consignes de sécurité (à cette époque bénie où les policiers étaient nos amis) et que nous nous faisions donner petites banques de l’Unicef et bandes réfléchissantes autocollantes afin d’aider notre prochain et éviter d’être frappé violemment par un adolescent déguisé en voiture. Me remémorant tous ces détails, j’irais même jusqu’à dire qu’Halloween était plus populaire que Noël auprès des enfants à ce moment précis.

Halloween est un ami fidèle qui n’a jamais changé, qui s’est toujours montré fier et qui ne chercher qu’à mettre un peu de magie dans cette vie triste et morne qu’est la nôtre dans ce monde pourri que nous avons créé (JE DÉRAPE) mais voilà que nous l’avons rejeté. Halloween est toujours présent (Dollorama l’a bien compris) mais le Québécois moyen fait de moins en moins appel à lui (je ne saurais dire pour le reste du monde). Il y a certes plusieurs personnes qui se costument, plusieurs entreprises qui organisent des événements spéciaux, plusieurs bars qui s’en donnent à coeur joie dans les festivités alcoolisées grâce aux ivrognes que nous sommes mais l’Essence même d’Halloween s’envole tout de même peu à peu. En dépit de ces efforts pour préserver l’événement dans un cadre plus fermé, les maisons demeurent sombres et les décorations sont peu nombreuses et éparses. Chaque quartier n’en comporte que peu, parfois même pas du tout (certes il existe des exceptions, j’en suis conscient, n’oubliez pas que je suis une sommité de la logique et de la constation). Alors que jadis j’aurais eu tendance à vandaliser une maison sans décorations, j’ai aujourd’hui peine à voir une seule citrouille lorsque je circule dans les rues et ce sont plutôt des structures gonflables, incarnations physiques de la lâcheté contemporaine, qui ornent les quelques terrains qui se targuent d’être festifs. Les familles diminuent, les jeunes se font rares et plusieurs de ceux qui pourraient contribuer à faire revivre esprits et démons sont trop occupés à s’accoupler prématurément et à attirer mon mépris par leur absence de respect et leur look urbain/pornographique/mes parents ne m’ont pas élevé.

Que devons-nous retenir de tout ceci? Je crois que l’on boude Halloween parce que la société change drastiquement dans ses valeurs et sa structure. L’esprit de famille se dissous, l’éducation des jeunes laisse de plus en plus à désirer (je ne blâme pas les écoles pour autant), ces mêmes jeunes « maturent » de plus en plus vite et semblent pressés de devenir des adultes, à tel point que nous sommes probablement plus enclins à fêter Halloween que les générations qui nous succèdent, ne serais-ce que par nostalgie. Cette fête, marginale parmi toutes, est vraisemblablement la première victime de toutes ces fêtes qui déclinent lentement mais sûrement, que ce soit par son caractère très explicite et « jeune » ou simplement parce que c’est l’une des seules fêtes qui ne donne pas de congé.

Ayant mis de côté les anecdotes et la joie de vivre dans ce billet, j’ose espérer que vous, fidèles lecteurs (si vous n’êtes pas encore de fidèles lecteurs, vous aller logiquement le devenir sans quoi je vous hais), allez vous remémorer les vieux jours et vous demander, vous aussi, ce qui fait que ce roi d’antan est aujourd’hui déchu.

N.B.

Ce n’est que le premier de plusieurs billets où je mépriserai ouvertement la jeunesse contemporaine. Soyez-en avertis.

Je suis conscient du fait que j’ai employé à outrance le mot « Halloween » mais j’aime bien ce mot et je n’ai, pas conséquent, pas éprouvé le désir d’utiliser un lot de synonymes loufoques.

7 Réponses to “Mais où se cache Halloween?”

  1. Ahahhaah je me bidonne à fond, j’espère que tu vas écrire souvent!!

    Notre génération est peut-être un peu ingrate aussi… Je me rappelle dans ma jeunesse, mon frère et moi étions déguisés en GhostBusters (on avait fait des Proton Packs avec des boîtes et tout), et mon père avait déguisé sa voiture en Ecto-1. Il avait installé sur le toit un gyrophare bleu qui trainait dans le sous-sol, avait découpé des logos Ghostbusters pour les coller sur les portières, et avait même été jusqu’à mettre un liquide dans le moteur pour qu’une épaisse fumée blanche sorte du pot d’échappement.

    Tu vois, je ne crois pas que notre génération en ferait autant pour les jeunes, ces temps-ci. Donc nous sommes un peu responsables aussi🙂

    Que de souvenirs….

  2. Mmmmmm, ya plus de lumière dans les rues….
    Mais bon, étant donné que je suis également d’une extraordinaire clairvoyance et d’une logique implacable, j’expliquerai la situation sous un autre angle.
    LES GENS SONT RENDU VIEUX! TOUT LE MONDE EST VIEUX!! Sans farce, les baby-boomers qui décoraient comme des dératés à toutes les fêtes sont maintenant rendu à 60 ans, comme mon papa, pi à 60 ans, les décorations, ça leur tente plus ou moins, sont trop fatigués. Donc, comme presque 60% de la population sont des baby-boomers et des vieux qui ne veulent pas s’en aller en foyer, les maisons restent sans décorations. On remarque la même tendance à Noël. Plus de décorations :S
    Je dis que dans une dizaine d’années, lorsque la génération Y(nous) auront des maisons, la joie et le bonheur reviendront dans nos rues!!

    Malgré cette critique constructive, je t’incite plus que fortement à mépriser la jeunesse contemporaine qui est pire que jamais. Que le Lac soit à jamais préservé de ce démon!

  3. @Le Détracteur Constructif: J’avoue que le jeune parent contemporain est probablement beaucoup trop obsédé par son horaire chargé, sa liberté et/ou ses problèmes en tous genres pour focuser sur ces petits détails qui, en bout de ligne, sont souvent les moments dont les jeunes se rappellent le plus. Je m’engage solennellement à être un père modèle, en espérant que mes enfants vont encore avoir des goûts aussi raffinés que Ghostbusters ou Rambo lorsque je serai rendu là.

    @Dany: J’avais, évidemment, pris en considération cette ligne de pensée mais j’ai préféré être hostile. Quoi qu’il en soit, je crois que nos deux points de vue, jumelés ensemble, font un excellent portrait de la situation générale et je te remercie pour ta pertinente intervention. Logiquement et historiquement parlant, il est évident que l’on s’oriente vers un tel retour de balancier mais je crains que la souillure infecte qui s’empare tranquillement de la jeunesse ne persiste à cause du « Star Système » et des dessins animés de piètre qualité. Je vis quand même avec l’espoir et l’intime conviction que nos efforts auront un impact positif (par la violence s’il le faut) sur le monde.

  4. […] de pouffer de rire pendant le processus. Que ce soit en vous racontant son amertume face à la disparition de nos eus et coutumes d’antan, ou en vous relatant les mensurations des muscles d’un quelconque super-héros, vous […]

  5. The lotus Eater Says:

    je suis totalement d’accord avec la mort de la fete d’Halloween

    Les familles diminuent, les jeunes se font rares et plusieurs de ceux qui pourraient contribuer à faire revivre esprits et démons sont trop occupés à s’accoupler prématurément et à attirer mon mépris par leur absence de respect et leur look urbain/pornographique/mes parents ne m’ont pas élevé.

    c la pure vériter aussi !!!

    continue dememe😉

  6. @The lotus Eater: Évidemment. Mwéhéhé.

  7. […] J’aimerais vous raconter le caractère sacré de l’Halloween mais l’ami DarK Rémi oF DooM l’a déjà fait bien mieux que moi, il y a un an presque j…. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :