Incitatifs à la performance

Dans tous les domaines de la société contemporaine et civilisée dans laquelle nous vivons, nous sommes constamment incités à la performance. Bien que certains prônent quelques utopiques valeurs d’égalité et d’absence de compétition (ce qui oscille fortement entre la bonté naïve et la stupidité), il existe un puissant réseau (probablement les Illuminati) qui véhicule de sombres idéaux depuis des temps immémoriaux. Aussi loin que je me rappelle, on a toujours attisé mon orgueil et mon désir de vaincre par la promesse de récompenses variées. Le fait est que, selon le cas, les dites récompenses sont parfois incroyablement anodines par rapport aux efforts encourus pour les obtenir et c’est un phénomène psychologique hors du commun que celui du gain. Évidemment, avec les années, l’Homme apprend à doser ses efforts selon la valeur des gains mais le simple fait d’obtenir une contribution physique (la contribution étant matérielle et non sexuelle) est généralement un indéniable motivateur.

Incitatif à la performance

Incitatif à la performance

Mon premier contact concret avec ce processus complexe remonte à ma plus tendre enfance. Le parent moyen, soucieux d’obtenir satisfaction, incite l’enfant à procéder à une activité contre son gré (manger des légumes) sous peine de le priver de certains privilèges (manger du dessert). Technique malhonnête? Chantage émotif? Certes, mais Ô combien efficace. Continuant d’appâter les jeunes innocents, les professeurs prennent la relève aussitôt qu’ils en ont l’occasion. Incitant la compétition féroce et la haine entre les compagnons, ce sont les autocollants qui font des ravages parmi les rangs des élèves, les meilleurs ayant droit à des petits oursons doux et les plus médiocres n’ayant droit qu’au mépris. La qualité des autocollants allant de pair avec la note obtenue, il était extrêmement important d’être meilleur que les autres. Côté sport maintenant, le bon père se devait d’offrir à son fils une contribution monétaire pour les points obtenus et/ou un repas au McDonald’s lors des moments clé tels les tournois et autres compétitions importantes. Pour certains, coucher avec leur sœur pouvait constituer un motivateur acceptable pour compter des buts mais ça, c’est une autre histoire. Ce ne sont ici que quelques exemples flagrants et je suis convaincu que vous êtes maintenant en mesure de vous remémorer d’autres anecdotes du même acabit tout en vous esclaffant nostalgiquement et en dénigrant de vieux camarades de classe au passage.

Maintenant que je suis un adulte responsable et accompli, j’ai compris que ces tactiques étaient malsaines pour l’évolution des jeunes et qu’il faut leur offrir une éducation neutre mais positive pour qu’ils deviennent sains et équilibrés. C’est d’ailleurs pourquoi je travaille pour un salaire, des vacances et de bonnes conditions de travail et que je performe mieux au hockey lorsque l’on m’offre de la bière en cas de victoire. Ce qui n’était qu’une technique de base pour obtenir satisfaction des lardons (j’avais aussi trouvé « merdeux » comme synonyme du terme « enfant ») n’est donc en fait qu’une répercussion à petite échelle de l’attitude générale qui est entrenue par notre société et notre mode de vie. Société pourrie matérialiste, quand tu nous tiens!

13 Réponses to “Incitatifs à la performance”

  1. Voir que t’as plogué Metalocalypse là d’dans🙂

    Je me souviendrai toujours de l’époque des collants doux. Les collants brillants! Les collant qui sentent bon quand tu les grattes. Les collants en série!

    En 3ème année, on recevait des « coupons » quand on avait des bonnes notes ou des bonnes initiatives, et quand on était tannants on nous les enlevait. À la fin, il y avait un tirage et plus t’avais de coupons, plus ton nom sortait souvent.

    Tu pouvais gagner un coffre à crayon, ou une pile de post-it disposés en spirale, ou mieux encore, ce solennel porc-épic jaune dont le nez sert de taille-crayon et le dos de porte-crayon! Je vous jure, y’en a qui auraient fait les pires bassesses pour ce pitoyable porc-épic.

    Mais on était jeunes et on salivait à la vue dudit mammifère de plastique. Cependant, en 3 courtes années, il ne fut pas surprenant de voir notre conduite prendre un peu de maturité. En effet, lors d’un voyage à Ottawa avec l’école, les professeurs distribuaient encore de ces « coupons de bienséance » qui nous permettaient de gagner un prix s’il nous en restaient. Nous fument environ 6 ou 7 à les remettre tout de suite à un professeur, afin d’avoir l’esprit tranquille et pouvoir ne pas être du monde pendant 2 jours…

  2. Garamond Says:

    Je n’ai jamais considéré le fait de coucher avec ma sœur comme un incitatif à la performance….. Tu as de drôles d’idées des fois…..

  3. @Le Détracteur Constructif: C’était une occasion en or pour moi de faire la promotion de « Metalocalypse »!😉

    Pour le reste j’ai vécu des situations similaires à l’école primaire tandis que nous avions de l’argent que nous pouvions investir dans des surprises. J’ai ainsi pu obtenir une collection assez impressionnante de gommes à effacer dont une en forme de pizza. Toutefois, contrairement à toi, j’étais un gentil garçon et j’aimais accumuler des richesses inouïes aux dépends de mes camarades de classe. Niac Niac Niac (rire mesquin).

    @Garamond: Je serais ravi que ce détail ne soit que l’une de mes idées tordues mais j’ai vraiment connu quelqu’un qui bénéficiait de tels « agréments », ce qui me perturbe encore aujourd’hui.

  4. PWAHAHAHAHAHAHAHAHAH!

    Tu m’as tellement fait rire!

    Et tu m’as en masse fait replonger dans mon enfance avec tes histoires de collants… et c’est tellement vrai que plus les collants avaient un petit quelque chose de spécial, plus ça voulait dire que tu avais eu une bonne note.

    Nous, on avait également de l’argent scolaire… et en l’accumulant, on pouvait acheter des gogosses ou des congés de devoir…

    Le système faisait enrager mes profs parce que j’en profitais. J’étais intenable en classe mais j’avais des bonnes notes et comme le système ne prenait que les notes en considération…😉

    Mais plus sérieusement, y’a des incitatifs à la performance que j’ai toujours trouvé un peu cons. J’avais une amie au primaire qui avait énormément de difficulté à l’école… et ses parents arrêtaient pas de lui dire qu’elle aurait de l’argent si elle réussissait à avoir un 80… puis elle avait jamais son 80 et au bout du compte, elle se sentait bien plus merdique qu’encouragée.

    Enfin…

    Au plaisir😉

  5. Non mais! coucher avec ma sœur ! Voyons tous le monde faisais sa il y a quelque années… ses pas pour rien qu’il y a autant de tremblay lol.

    Ha mais ses vrai que j’ai été extrêmement corrompu dans ma jeunesse du a mon père! qui voulais a tous prix que je suis le meilleur dans tous… Ha que je le détestais lol

    Aujourd’hui mon premier réflexe quand je joue a un jeux.. ses de briser les rotules de mon adversaire😦 je met sa sur la faute a mon père…

  6. @Noisette Sociale: Il est important de commencer à abuser du système dès son plus jeune âge. J’ai sûrement encore quelques vestiges de ces trésors du passé chez mes parents.😉

    @Rapsaw: Coucher avec sa cousine je peux comprendre mais sa sœur!?😛 Pour le reste, navré pour ton père, en espérant que tu continues de te contenter de rotules fictives.😉

  7. Ha Ha! Je suis la mère de 3 filles, dont une gymnaste de 11 ans et éducatrice en service de garde. J’écris un blogue sur les parents de sportif et je trouve que tu as TELLEMENT raison!!! Malheureusement, c’est encore ainsi! Vive la perfection! Vive la pression…

    Mon article du jour: Parents parfaits cherchent enfant parfait!

    Fais un saut sur mon blogue… Tu comprendras!

    Bonne journée!

    Nathalie
    http://www.meredesportive.com

  8. @meredesportive: Tout d’abord bienvenue en ce lieu de vérité et de sagesse. Après avoir procédé à la lecture de ce billet sur la perfection des jeunes, je comprend bien cette intervention et je présume que le reste de mes texte risquent fort de ne point susciter votre intérêt.😉

    Je comprend quand même la nature de tels actes et il est évident que c’est une technique simple et efficace pour obtenir satisfaction que l’utilisation de récompenses. Je ne crois pas non plus que ça va changer et j’utiliserai probablement de telles techniques lorsque je serai parent mais je crois que tout est dans l’intention, l’utilisation et le dosage de ces immortelles stratégies.

    En espérant que votre fille gymnaste vous fasse honneur.😉

  9. Je crois que la qualité de la « société pourrie » dépend pour beaucoup de la qualité des individus qui la compose et de leur volonté de participer à cette société peu importe les problèmes de leur enfance. (ce qui inclut coucher avec ça soeur)

  10. @Louis Préfontaine: Cela va sans dire! Il demeure beaucoup plus aisé de critiquer le monde qui nous entoure que de contribuer concrètement à l’améliorer.

  11. @DarK Remi of Doom : Et vlan! C’est ce que je peux reprocher à tous ceux qui se plaignent autour de moi. Moi, j’ai déjà fait du bénévolat t’sais😛 et de la politique! héhé

  12. « Bien que certains prônent quelques utopiques valeurs d’égalité et d’absence de compétition (ce qui oscille fortement entre la bonté naïve et la stupidité) »

    Je suis bien d’accord que les syndicaliste sont nécessairement naïf ou stupide. Sinon pour le reste je dois m’opposer. La compétition c’est ce qui fait ressortir les éléments supérieur du lot. L’incitatif DOIT etre utilisé. Faut simplement faire attention et bien l’utilisé. Un ouvrier efficace et productif DOIT recevoir un meilleur salaire qu’un autre qui suis la norme et n’essais jamais de s’améliorer. D’un autre coté un gestionnaire de caisse de dépôt qui reçoit 4 millions de bonus même si la caisse fait des perde de 33% pour l’année… c’est un peu crissant

    La nature humaine a besoin de motivateur et c’est notre dévoir de société d’encourager les être exceptionnel a exploiter leur plein potentiel.

  13. @Le Détracteur Constructif: On devrait d’ailleurs rendre la politique bénévole, probablement qu’il y aurait plus de gens décents pour y participer.

    @Math B: Je suis d’accord mais je crois que ce n’est pas une bonne méthode en ce qui a trait aux enfants, surtout en considérant les valeurs aujourd’hui véhiculées par la société. Mine de rien, on soutient les handicapés physiques et mentaux, les personnes âgées, les malades incurables, les enfants avec une espérance de vie limitée et j’en passe. Notre société est donc bâtie sur des valeurs d’égalité où tout le monde doit avoir sa chance et, bien que les forts se démarquent, nous sommes contraints de supporter de tout le monde et de payer pour les inaptes. La récompense n’est que rarement proportionnelle à l’effort (abstraction faite de ce qui se passe dans la tête des gens). Il faut donc inciter à performance mais pour les bonnes raisons et en évitant de laisser les autres derrière.

    Le tout cesse probablement d’être vrai lorsque survient l’âge de boire et/ou de s’accoupler (ce qui doit se situer autour de 12 ans de nos jours).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :