Infrastructures sanitaires déficientes

À l’instar de la roture, il m’arrive parfois de devoir faire usage des infrastructures sanitaires publiques. Ces besoins primitifs qui m’animent m’incitent ainsi à cheminer physiquement et psychologiquement vers ce lieu de dépravation commune où tout homme (considérant le fait que j’utilise les toilettes pour hommes, point de sexisme ici mesdames), qu’importe sa religion, sa race (ce terme n’ayant pas lieu d’être, nous sommes humains pardi!) et sa classe sociale. Évidemment, le séant de ce bon vieux punk « squeegee » fait probablement montre d’une hygiène plus douteuse que celle de l’homme d’affaire dit « respectable » mais l’action proférée à l’encontre du réceptacle des déboires de la vie demeure la même. De ce fait, c’est un lieu propice à une dégradation absolue, à une décrépitude sans nom et aux pires horreurs abominables qui sont exposées impunément dans la tristesse et l’anonymat.

Ce que la toilette publique moyenne ne sent généralement pas

Ce que la toilette publique moyenne ne sent généralement pas

Comme vous vous en êtes probablement rendu compte, à moins d’être un spectre ou un robot, il existe différents types de toilettes publiques. Lorsqu’un s’agit de procéder à une vidange complète, il est important d’être à l’aise et de sentir qu’il sera possible de sortir de cette salle sans un ver solitaire, une morsure d’alligator ou une maladie inconnue. C’est pourquoi certains endroits sont plus propices. Les latrines en milieu de travail sont probablement les plus propices à dégager un sentiment d’appartenance et de sécurité. Le travailleur moyen a tendance à être plus respectueux de sa bécosse lorsqu’il est possible qu’il soit démasqué s’il succombe à la tentation de refaire la déco des lieux. De plus, on fréquente habituellement ce lieu a jeun, ce qui est un point positif majeur pour la propreté. En seconde position se situeraient probablement les toilettes d’hôtels et de grands restaurants. La plèbe ne s’y déverse habituellement pas et les normes d’hygiène sont relativement sévères. Même lorsque les mouches y volent gaiement, l’odeur est agréable, ce qui est déjà très bien.

En dépit de la population variée qui cohabite dans ces intimes cabinets, on peut quand même remarquer que la courbe du niveau de propreté de la toilette publique décline de pair avec celle de la classe sociale de la majorité de ses utilisateurs. C’est ainsi qu’on retrouve les pires affrosités tentaculaires cosmiques suintantes dans les toilettes de « cabanes à patates » (dont le menu est exquis mais où on ne voudrait pas inspecter les cuisines) ou dans les « truck stop ». Les restaurants ouverts 24 heures par jour sont aussi le théâtre d’atrocités innommables qui me font désirer la mort de leurs instigateurs tout en me questionnant grandement sur leur milieu de vie. Tout le monde a déjà été témoin de quelques traces de vomissures éparses, d’urine vagabonde n’ayant su trouver sa voie, de serviettes hygiéniques dont je vous épargne les détails (toujours dans la toilette des hommes) et j’en passe.

Orifice répugnant

Orifice répugnant

Nul besoin pour moi d’élaborer plus longuement car je suis confiant que vous avez compris et que bon nombre d’anecdotes douteuses sont surgies péniblement de votre subconscient, jumelant un sourire en coin à une activité gastrique accrue, mais je prend quand même la peine de mettre l’emphase sur l’Eldorado de la chiotte dégueulasse : la toilette chimique. Ce cabinet coloré à l’aération déficiente, souvent utilisé dans les manifestations publiques de grande envergure en milieu ouvert, recèle un amalgame de situations et d’odeurs loufoques qui dépasse l’entendement. Il m’arrive souvent de me demander, lorsque les buissons sont indisponibles; « Comment diable une horde de chacals a-t-elle pu venir décapiter un jeune cerf ici pendant ce spectacle? » Ma jeunesse et l’innocence qui y est rattachée ne m’a appris qu’à me protéger, à rester à l’affut, mais l’âge adulte me fit réaliser que des hommes, primitifs certes mais hommes tout de même, étaient à l’origine de ces désastres naturels à petite échelle. Comme si le fait de déféquer dans un bac en plastique contenant un liquide bleu inconnu au milieu de 10000 personnes saoules au soleil à 40 degrés n’était pas suffisamment pénible, il faut que certains individus ignobles aillent souiller cet infecte cabanon avec leurs fluides. Si vous avez déjà agi de la sorte, fuyez avant que je ne vous pourfende! Mention spéciale à l’urinoir répugnant qui orne certains habitacles sanitaires et dont le fumet prend parfois vie.

Le fait est que, aussi malpropre que vous puissiez être, vous ne désireriez probablement pas qu’un inconnu vienne badigeonner de matières fécales les murs de votre salle de bain tout en gerbant allègrement sur le siège de toilette et en jetant à la flotte l’intégralité du rouleau de papier hygiénique. Pourquoi alors faire subir ce traitement à de joyeux inconnus partageant les mêmes besoins que vous? La prochaine fois que vous éprouvez le désir de mettre de côté votre nature humaine au profit d’élans porcins, prière de fuir dans la forêt sans quoi vous vous réveillerez un jour avec un rein en moins dans une baignoire pleine de glace, ces actes barbares étant prodigués par mes besoins, exception faite que l’on remplace ici le rein par les couilles, la baignoire par un vieux baril rouillé de « hobo » et la glace par de la merde.

P.S.
Pourquoi une gomme et/ou du papier dans l’urinoir!?

17 Réponses to “Infrastructures sanitaires déficientes”

  1. […] Lisez par vous même : Infrastructures sanitaires déficientes […]

  2. Hehe!

    Très bonne analyse de ces installations!

  3. Uhh Uhhhh
    Juste quand j’commence à te croire plus ou moins sain d’esprit, tu sors un nouvel article!!😀
    T’es DRÔLE et DIVERTISSANT !!
    YaY!❤

  4. nicolasracine Says:

    Tellement, tellement vrai ! Je me souviens personnellement des toilettes chimiques de Disraëli pendant un show de la Saint-Jean. L’horreur suprême. Même pisser debout était une gageure en raison de l’odeur suffocante. J’ai bien failli vomir tellement c’était agressant, et je ne parle du groupe qui jouait à ce moment là.

    Une expérience sensorielle particulière, à ne jamais renouveler.

  5. Garamond Says:

    Ahhh! y a rien comme mes propres installations sanitaires, chez moi….
    Chier dans le bois et se torcher avec de l’herbe à puce, Non merci!
    Très bon texte, félicitations !

  6. @Le Détracteur Constructif: Merci pour cette mention spéciale, hilare camarade.

    @Pierre-Luc: Tout d’abord bienvenue! Merci pour cette confirmation de ma propre pensée, je suis très fier de cette critique constructive d’un lieu connu de tous et toutes.

    @YzaRock: La santé mentale est un domaine où prospère la relativité. Je me considère quand même choyé que tu persistes à me cotoyer tout en me croyant débile.😉

    @nicolasracine: Bienvenue en ces lieux! Je me permet de présumer que toute toilette publique devient un portail direct vers les enfers lors de la Saint-Jean. Le Québécois ivrogne primitif se laisse aller à l’ensemble de ses bas instincts en souillant tous les lieux qu’il croise, souillant même ses amis au passage pour sa propre satisfaction du moment. Il me tarde de vivre cette frénésie passagère au cours des prochains jours.

    @Garamond: Je suis moi-même très enclin à préférer ma modeste salle de bain aux forêts environnantes ou à toute autre installation étrange ayant accueilli des postérieurs qui me sont inconnus. Merci!

  7. Hummmm…..je me suis deja trouver dans le fin fond d`un village en egypte, avec des tolette turc biensur, cetain le summon….Je fais juste y penser et j`ai des frissons.lolllll

  8. @kafa: Mon esprit sédentaire nord-américain me fait déjà bien assez souffrir sans subir les coutumes sanitaires douteuses de par le monde. Je me permet toutefois de compatir et de souhaiter ne jamais avoir à abriter en moi si pénible souvenir.

  9. *rie*
    *soupire*
    *se souviens de sa propre expérience en la matière, bien que l’expérience n’est souvent rien de très propre… surtout en certains endroits particulièrement insalubres, comme les toilettes des airs d’autoroutes françaises du coté des dames (puisque qu’à de très rares exceptions prêts qui n’incluent certainement pas de serviettes hygiéniques se sont celles que je visite)*
    *se souviens aussi, faut leurs rendre justice, que celles du cinéma « le Royal » à Montpellier sentent bon, ont un système hallucinant d’housses en plastique tournante pour protéger le siège*

  10. Matt Damon Says:

    Bon article… Reste seulement à anticiper le moment ou ils installeront des miroirs dans les toilettes chimiques, histoire que les chicks se prennent en photo dans des toilettes VRAIMENT TRÈS PUBLIQUES!

  11. @Dame_Blanche: Bien que je compatisse grandement face à ces expériences troublantes, je suis hereux de constater que mon texte évocateur vous rejoint. Je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de visiter les toilettes des dames récemment, surtout celles de France, mais, bien que la rumeur tende à laisser croire que les femmes sont en général plus propres que les hommes, je suis convaincu qu’elles sont en mesure de « salopper » une toilette publique. J’aimerais bénéficier d’un système d’housses en plastique.

    @Matt Damon: J’attend ce jour avec impatience!

  12. Bonjour Rémi!

    Juste un petit commentaire pour te faire remarquer que le sapin en haut de ton écran là, ben on dirait un arbre à Étrons géants! Étant donnée la nature particulière de ton article, je me devais de te le faire remarquer🙂

    Ptêtre que c’est ce qui se passe avec les sapins proches des services sanitaires publics! Les grosse crottes brunes suintantes repoussent dans les arbres pour venir hanter ceux qui les ont poussés.

  13. @Le Clown: Tout d’abord, cet arbre auquel tu fais allusion avec tant d’éloquence est une épinette noire. Pour le reste, j’hésite entre te flageller mollement tout en t’intimant de te cacher pour quelques jours ou rire à gorge déployée et te dire vivement: « GRAND FOU! »

  14. Je vote pour ‘ grand fou ‘

  15. @Katy: C’est généralement ce qui arrive.😉

  16. J’aimerais donner une relique légendaire pour cette citation :

    « Le travailleur moyen a tendance à être plus respectueux de sa bécosse lorsqu’il est possible qu’il soit démasqué s’il succombe à la tentation de refaire la déco des lieux. »

    Merci à vous grand homme, puisse vous ayez pitié de leur âmes futiles et amorphes. Qu’on les poussent aux oubliettes des damnés !

  17. @Charley: C’est effectivement la peur des représailles qui domine le monde. De nos jours, l’absence de conséquences pertinentes aux divers crimes ont d’ailleurs pour effet d’en accentuer le taux. Vivement un DEP en bourreau!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :