Archive pour clou

À pas de biche

Posted in Récits fabuleux with tags , , , , , on janvier 24, 2011 by DarK Rémi oF DooM

Puisque La Kaverne est soudainement devenue un havre élitiste restreint, je rapatrie ici mon œuvre à la demande du peuple.

La biche, frêle créature des bois au regard réputé que l’on associe à tant de coquettes expressions, est une bête relativement attendrissante, somme toute banale, que l’on pourrait d’ailleurs être porté à associer à Bambi. Sans être un animal prisé par la gente féminine, la femelle du cerf est aussi bien loin d’être synonyme de force et de virilité. Pourtant, tandis que d’autres animaux explicitement brutaux tels que le couguar, le grizzly, le sarcophile et la taupe ne bénéficient d’aucun objet de culte, on a décidé de glorifier la biche en lui attribuant l’outil essentiel du mâle alpha: le pied-de-biche.

biche2

Pied de biche

Le pied-de-biche, communément appelé « barre à clous », est une tige métallique à tête aplatie et fendue dont l’utilisation est généralement associée à l’arrachage de clous mais faisant souvent office de robuste levier. Cet outil fut inventé suite à l’échec retentissant d’un menuisier qui, soucieux d’améliorer son rendement, tenta de dresser une biche pour qu’elle extirpe les clous de vieilles planches réutilisables grâce à sa physionomie particulière pendant que l’ouvrier vaquait à d’autres occupations. Le pauvre cervidé était toutefois très limité par ses capacités physique et son intelligence animale, ne parvenant ainsi qu’à retirer quelques rivets avant de geindre et/ou manger les plantes et/ou partir gambader dans les prés. Fou de rage suite à tant d’efforts vains, l’ébéniste arracha les jambes de la pauvre biche avant d’en jeter la carcasse aux crocodiles. S’emparant de l’une des pattes ainsi libérée, l’homme se mit donc à arracher les clous de ses vieilles planches à une vitesse impressionnante tout en hurlant à la triste biche agonisante à quel point cette tâche était simple. Procédant de la sorte, il réalisa soudain le génie derrière son geste; il venait d’inventer le tout premier pied-de-biche.

La nature étant ce qu’elle est, cet outil fabuleux était toutefois malodorant et se détériorait rapidement. Puisque le marchand de biches était sur le point d’être en rupture de stock, l’ingénieux menuisier devant donc trouver une alternative. Faisant appel au forgeron du village, cet artisan jadis méconnu vit naître le premier pied-de-biche en métal, copie conforme d’un pied de biche, qui fut ensuite produit à petite échelle, vendu, modifié, amélioré pour ainsi devenir l’objet de culte que l’on connait aujourd’hui. Ceci dit, le côté ouvrier de l’item en question n’aurait probablement pas suffit à ce qu’il atteigne une telle notoriété et c’est plutôt la dimension destructrice de l’objet qui a accentué la présence chez l’homme de tradition (et/ou sous le matelas de la femme apeurée).

Bien que le pied-de-biche ne fut que très peu utilisé sur les champs de bataille à travers les temps, les armes plus spécialisées étant favorisées par les troupes militaires, la « barre à clous » se tailla une place de choix dans l’arsenal du citoyen aux côtés de la pelle ronde, la batte de baseball et la hache. Disponible en plusieurs tailles et modèles, le pied-de-biche est idéal pour assommer et/ou désarticuler les voleurs ainsi que pour mutiler les jeunes voyous. Ses fonctionnalités multiples, son apparence conviviale et son format généralement pratique en font une arme de choix lorsque vient le temps de magasiner ou de faire une ballade en forêt. En ville comme à la campagne, le pied-de-biche est donc l’ami du consommateur averti. Son prix abordable est aussi, évidemment, un critère notoire lorsque vient le temps de faire des rénovations et de protéger sa famille.

Malgré son origine particulière et ses nombreuses qualités, le pied-de-biche demeure toutefois méconnu et souvent boudé par les gens sensibles qui ne voient en ce miracle technologique qu’un bout de métal barbare. À l’instar du Jack Daniel’s, le pied-de-biche est reconnu par tous, adoré par peu et vénéré par l’élite. Pittoresque instigateur de violence vanté tout spécialement par le cinéma, sa légende perdurera lorsque le dernier clou sera poussière.